La façade de l'ancien immeuble RTL, rue Bayard

Lecture 4 Minutes

Immeuble iconique du Quartier Centrale des Affaires Parisien, le 22/24 rue Bayard baptisé « Maison Bayard » achève sa transformation. L’ancien bâtiment historique de la radio RTL se mue en un nouvel immeuble construit avec une structure en bois, dont la façade graphique et contemporaine s’intègre parfaitement dans l’ensemble immobilier qu’elle forme avec les constructions existantes. Un projet de réhabilitation ambitieux porté par Nexity.

Le bois dans la réhabilitation, comment ça se passe ? Nexity s’apprête à livrer un projet majestueux, en plein triangle d’or parisien. L’ensemble initial se compose de 3 bâtiments :

  • au 22 rue Bayard, l’ancien immeuble de RTL construit en 1969, QG historique de la station et notamment connu pour la sculpture de Vasarely qui recouvrait sa façade, démontée avant les travaux ;
  • au 24 rue Bayard, un immeuble typiquement haussmannien érigé en 1912 ;
  • donnant de l’autre côté, 22, impasse d’Antin, un immeuble bâti en 1860 pour abriter les costumes et décors de la Comédie française.

"L’idée est simple : élaborer un ensemble de bureaux dans lequel l’utilisateur circule indifféremment entre les différents bâtiments", explique Abdelaziz Laghmaoui, directeur de programmes chez Nexity. Cela passe par la démolition de l’ancien immeuble de RTL, remplacé par une nouvelle structure en bois. Nom de code du projet : « Maison Bayard », évidemment.

Les multiples avantages du bois

Premier défi : unifier 3 caractères architecturaux différents au sein d’un nouveau complexe immobilier. Cette concrétisation passe notamment par la nouvelle façade, qui affirme une grande modernité tout en faisant le lien avec des éléments typiquement haussmannien. « Bois, pierre, laiton et verre font dialoguer les façades, en conservant le caractère propre à chacune, souligne Guillaume Génot, directeur asset management de LaSalle Investment Management, à l’origine du projet. L’ensemble immobilier, homogène et cohérent, allie le caractère de l’ancien et la performance de la construction moderne. En s’inspirant des codes de l’architecture classique, la nouvelle façade rue Bayard dialogue harmonieusement avec la façade haussmannienne.

Le choix du bois ne doit rien au hasard. « Il s’agit tout d’abord d’un vecteur majeur pour réduire le bilan carbone de la construction, détaille Abdelaziz Laghmaoui. Un point majeur pour faciliter l’obtention du permis de construire auprès de la mairie de Paris, très attentive à ces questions. » Autre atout : même s’il induit un surcoût de l’ordre de 20 % par rapport au béton, le bois permet d’accélérer le chantier. Fabriqués dans des ateliers spécialisés, les éléments sont livrés puis assemblés sur place, avec des nuisances sonores réduites. Pour des contraintes de stockage, il fallait les monter immédiatement après livraison, sans attendre. « Enfin, le bois, noble et chaleureux, apporte un gain de confort non négligeable pour les utilisateurs finaux. »

Radiographie du bureau de demain

Au cours des 2 ans de chantier, les équipes ont dû faire face à de multiples difficultés, à commencer par les interruptions liées au Covid-19, la grève des transports et les nombreuses manifestations de gilets jaunes dans le quartier. Autre challenge : le permis de construire portait sur de la rénovation, et non sur du neuf. « Le défi consistait donc à créer de la surface complémentaire tout en conservant 50% des surfaces existantes. Pour y parvenir, seul l’ancien immeuble années 70 du 22 rue Bayard a été rasé, mais en conservant quelques parties qu’il a fallu soutenir. Puis travailler en tournant autour, sans les abattre ! » Un nouveau sous-sol a également été créé pour abriter des places de parking supplémentaires ainsi que les locaux techniques, afin de libérer un maximum d’espace sur les extérieurs. Pour assurer des hauteurs libres généreuses, des carneaux techniques ont été réalisés sous le radier du parking et ainsi permettre le passage de différentes gaines. Les équipes ont aussi composé avec un voisinage dense, en plein centre de Paris. « Nous organisions régulièrement des réunions pour informer les riverains de l’avancée des travaux et leur permettre d’anticiper les nuisances. Pour ne pas perturber les activités des restaurants voisins, nous stoppions les tâches les plus bruyantes entre 12h et 14h. Les visites de chantiers et la sensibilisation autour de l’usage du bois ont permis de créer l’adhésion autour du projet. »

Désormais raccordés entre eux, les immeubles offrent une circulation facilitée au sein d’un même étage, sans rupture de niveau. Avant même sa livraison, 4 locataires – dont Neoen, producteur d’énergie renouvelable, Stratégie & Corp, conseil en immobilier d’entreprise ou encore Dechert LLP, cabinet international d’avocat d’affaires - se sont partagés les 8 400 m2 de bureaux répartis sur 7 niveaux. « Conçu bien avant la pandémie, l’ensemble immobilier intégrait déjà les tendances qui sont aujourd’hui accentuées par la crise sanitaire, pour Guillaume Génot. Au total, le bâtiment compte 740 m2 de terrasses privées et de jardins, ainsi qu’un rooftop partagé ». Il dispose également d’une offre servicielle de grande qualité avec notamment un business center modulable, un restaurant avec service à table et click & collect, une conciergerie et une salle de sports. Le parking peut accueillir des véhicules électriques sur 100% de sa surface et un local pour les vélos a été aménagé avec un atelier de réparation. C’est une véritable expérience de vie au bureau qui est ainsi proposée, parfait complément du télétravail.

Des émissions responsables

Le bâtiment, dont la livraison est programmée en décembre, n’affiche pas seulement ses ambitions éco-responsables : il en apporte la preuve ! Le projet est inscrit pour de nombreux labels et certifications, dont BBCA (bâtiment bas carbone), E+C- (Énergie positive et réduction de carbone), le WELL, le BREEAM, le WIRED SCORE ou encore HQE (haute qualité environnementale). Ces performances vont ainsi au-delà des obligations réglementaires. « C’est la logique vers laquelle nous convergeons, insiste Abdelaziz Laghmaoui. La mission est particulièrement complexe sur les chantiers de réhabilitation mais nos compétences et notre savoir-faire nous permettent de transformer d’anciens bâtiments en modèles d’économies d’énergie. »

« Ce projet chargé d’histoire restera comme une formidable aventure humaine entre les équipes de Nexity, de l’architecte Axel Schoenert et de Lasalle, conclut Guillaume Génot. Nous avons surmonté toutes les difficultés inhérentes à ce chantier et à ce contexte si particulier pour concevoir un ensemble exemplaire. »

Nexity@Work Expérience, votre accueil intelligent !